Le projet

 

Le festival Encore Encore prolonge l’été à Correns (Provence) avec un joyeux grand écart entre différentes familles musicales, du dancefloor électronicosmique au hip-hop nouvelle vague en passant par les fantaisies percussives expérimentales de passionné.e.s. Un festival fabriqué en DIY et circuits courts, avec des assiettes en dur et des légumes tendres – et vin du coin. Le tout en plein air : gratuit le jour le long de la rivière – trempette ok, payant le soir au Théâtre de Verdure.

La tentative d’un espace-temps love et mixte avec des artistes grand cru région Sud et cépages européens, producteur.ice.s agricoles locaux, publics ruraux et urbains venus d’ici et d’ailleurs.

Le projet veut proposer une réflexion autour de la possible durabilité d’un événement artistique culturel aujourd’hui et ses liens au territoire, avec des artistes qui soutiennent et alimentent l’esprit du festival.

 

Correns est un des plus jolis endroits de la Terre, mais ce n’est pas uniquement pour ça qu’on l’a choisi. Un des fondateurs du projet y a passé une partie de son enfance et entretient des liens fort avec le village. Nous avons pu dès le début compter sur l’écoute et la bienveillance de la mairie de Correns et de nombreux autres partenariats sont en train d‘être développés sur le territoire.

 

Cet événement fonctionne sans subventions.

Nos engagements

 

Le projet s’est fabriqué collectivement, avec des guilis dans le ventre et des glitter dans les yeux. Lors d’un premier week-end de travail, les détails du festival de nos rêves ont été mis dans un grand chapeau : il a fallu après les confronter aux tâtonnements de cette première édition et aux limites de notre fragile économie. C’est toujours perfectible mais on sait dans quelle direction on veut aller. On est ouvert.e.s aux suggestions et aux idées d’amélioration : n’hésitez pas à nous écrire : hello[@]laboratoiredespossibles.com

 

Ce festival on le voulait :

 

> ambitieux et accessible

Une programmation de qualitey avec de la musique magique et des artistes excitant.e.s, de la nourriture délicieuse et issue de l’agriculture bioraisonnée, de forts engagements écologiques… et des prix doux ! Pour tenir ce cahier des charges, voici un line-up sans superstar, des assiettes sans viandes et remplies de produits issus de circuits courts, en lien direct avec des agriculteur.ice.s du coin, et des machins empruntés à droite à gauche à chaque fois qu’on peut éviter les achats.

 

> aussi fabriqué avec et pour le territoire

Ouvert à toutes et à tous, Encore Encore se souhaite aussi construit avec et pour le village, capable de mobiliser les différents interlocuteur.rice.s du territoire et d’ouvrir grand ses portes au public local via des temps d’échanges autour du programme, une tarification privilégiée et un projet de résidence d’artiste pour un travail in situ en lien avec des producteur.ice.s. Il sera demandé de respecter le calme des rues de Correns la nuit, et de ne pas y laisser des souvenirs qui mettent 1000 ans à se décomposer.

 

> paritaire

Au niveau de l’équipe ET de la programmation. Voilà, vous pouvez compter !

 

> le plus léger léger possible sur l’environnement

C’est tellement évident ! Ce qui est moins évident, c’est le coût financier des mesures nécessaires pour y arriver : c’est moins cher de polluer (ceci explique cela). Donc les décisions sont pesées et soupesées, et des compromis sont trouvés selon les principes suivants :

 

Economie circulaire et durable. Nous achetons le moins de choses possible en fonctionnant au maximum sur le principe du partage, prêt et location d’objets et matériaux. Pour le reste nous choisissons nos prestataires et fournisseurs en fonction de leurs engagements.

Récup et réemploi. L’équipe scénographie et construction déniche des trésors dans les réseaux récup’ du spectacle vivant (notamment la Réserve des Arts à Marseille) pour fabriquer des choses super en mobilisant le moins de matériaux neufs possible, tandis que l’équipe communication imagine le maximum de supports fabricables à la main à partir d’éléments de récup’ également (fanions et rubalises cousus main, photocopies dans la cave, etc).

Les déchets c’est objectif Zéro – une réflexion est menée sur les actions qu’il est possible de mettre en place dès la première année. Déja, éviter les déchets : nous faisons des efforts pour réduire les déchets générés par le festival, et nous comptons sur les publics pour mettre la main à la pâte. Nous utiliserons un maximum de vaisselle lavable et réutilisable à l’exception des plats destinés au public, que, dans un souci logistique pour cette première édition, nous choisirons jetable mais compostable ou au moins recyclable. Le bar fonctionnera avec des gobelets réutilisables prêtés et de récup. Ramenez le vôtre ! Les victimes de Marie Kondo trouveront une deuxième vie à Encore Encore : dès 5 gobelets remis à la communauté, une bière sera offerte au généreux ou à la généreuse aux placards vides. Il s’agit ensuite de trier les déchets grâce à des bacs et des colonnes de tri mis à disposition, et une Brigade Verte formée par le Sived (Syndicat des déchets Communauté d’agglomération Provence Verte) sera mise en place pour accompagner les festivalier.e.s dans cette démarche. Nous bénéficions dans ce processus des conseils d’Ecosciences. Il s’agira ensuite de réemployer les déchets. Une réflexion est en cours concernant l’implantation durable d’un compost. Nous travaillons sur la possible mise à disposition de cendriers individuels et collectifs dont les contenus seraient recyclés pour être valorisés énergétiquement.

Le bar et la restauration proposeront une carte composée de produits de saison, bios et issus de la filière locale. Le vin servi viendra de Correns, la bière de Cotignac (La Tuf) et d’Aix-en-Provence (Aquae Maltae)

Des toilettes sèches qui sentent bon la sciure seront mises à disposition sur le camping et sur le site du festival, et les festivalier.e.s seront sensibilisé.e.s à l’utilisation de produits sanitaires biodégradables.

Le transport. Afin de réduire l’impact et le coût des déplacements liés aux tournées, nous cherchons au maximum à éviter l’avion et proposons systématiquement aux artistes des modes de transports alternatifs, bien que ceux-ci soient plus longs et souvent plus coûteux. Nous cherchons à amortir l’impact environnemental de ces déplacements en proposant aux artistes de rester à Correns au-delà de leur seule intervention artistique dans le festival : c’est aussi dans ce sens que se pense le programme de résidence que nous souhaitons développer à l’avenir. Aussi, nous planchons sur les modalités de transport des festivaliers non-locaux pour leur venue ((mise en place d’un groupe de covoiturage et de navettes).

Enfin, c’est dur mais il faut s’y résoudre : less is more. Adios les goodies, les sacs, les t-shirts, on va essayer de ranger les souvenirs dans la tête plutôt que dans les placards.

Une démarche évaluée que nous chercherons constamment à améliorer. Encore Encore compte parmi les signataires de la charte Drastic on Plastic qui vise à accompagner les festivals dans la réduction des déchets plastiques, et espère intégrer prochainement Cofees, collectif de festivals eco-responsables et solidaires de la région Sud qui s’engage dans le partage de connaissances, la mutualisation des moyens et la réduction des impacts sur l’environnement. Nous procéderons à l’évaluation avec Natura2000 (syndicat mixte du Pays de la Provence Verte) des impacts sur les sites sensibles du Val d’Argens, et incluons à la Charte du festival communiquée aux artistes et publics une sensibilisation aux espaces protégés et l’incidence de la forte affluence sur des milieux naturels.

Ce festival est fabriqué par :

 

Le Laboratoire des Possibles

 

À l’initiative du producteur marseillais Abstraxion, plusieurs amoureux.ses des musiques électroniques et arts nouveaux fondent à Marseille le collectif Laboratoire des Possibles en 2014 autour des soirées LAB. Il prend une nouvelle impulsion avec le lancement des soirées Mouillettes en 2018, puis avec le festival Encore Encore en 2020. Habitué des projets itinérants, le Laboratoire des Possibles organise ses soirées principalement avec et à la Friche Belle de Mai / Cabaret Aléatoire (SMAC – Scène de musiques actuelles) et l’Embobineuse (salle de concert alternative) et dans plusieurs autres lieux marseillais, chérissant ses partenariats privilégiés avec des structures telles que le Festival Actoral – Festival International des Arts et des Écritures contemporaines, Montévidéo, Printemps de l’Art Contemporain, Dansem, le Festival de Marseille ou encore le Mucem.

Au total, ce collectif à géométries variables compte une quinzaine de passionné.e.s qui partagent leur temps et leurs compétences pour imaginer des fêtes qui leur ressemblent.

le laboratoire des possibles sur instagram

 

les artistes invité.e.s en 5 ans d'activité

Abstraxion, Ada, Adi Shabat, Aleksa Alaska, Alessandro Adriani, Amato (The Hacker) (live), Ancient Methods, Aurora Halal, Axel Boman, Barker & Baumecker (live), Ben Klock, Bicep (live), Boris, Brasure, Budino, Bufiman, Chloé, Cooper Saver, Crame et Reno le dj, Daniel Baughman, DC Salas, Deepneue, Dekmantel Soundsystem, Delta Funktionen, Discodromo, Dr. Rubinstein, Elijah Simmons, Elkka (live), Elysée, Eris Drew, Errorsmith, Essaie Pas (live), Etapp Kyle, F/cken Chipotle, Fais Le Beau, Faka, Fantastic Man, Fort Romeau, Front de Crypte, Gerd Janson, Gesloten Cirkel, Gilb’R, Honey Dijon, Hivern Discs Night, Identified Patient, Inga Mauer, Jamie Tiller, Jem The Misfit, Jennifer Cardini, John Talabot, J.O.I., Juan Ramos, Kasper Bjørke, Kasra V, Khidja, Kim Ann Foxman, Lena Willikens, Levon Vincent, Lion’s Drums, Lsdxoxo, Madalba, Massimiliano Pagliara, Matrixxman, mobilegirl, Moesha13, Nathan Surreal, nd_baumecker, Oras Elone, Ostgut Ton Nacht, Panorama Channel, Paula Tape, Portable (live), Prosumer, RanXetrov, Ripperton, Roman Flügel, Reza Athar, Ripperton, Robert Hood, Roi Perez, rRoxymore, Shyboi, Silent Servant, Steffi, Tama Sumo, Tasker, The Black Madonna, Violet, Virginia, Vladimir Ivkovic, Volvox, Zozo

L’équipe Encore Encore

 

Programmation et coordination générale : Harold Boué

Production : Morgane Baer, Christophe Leroy, Pauline Mairone, Léo Philippot-Maurice, Mathilde Wahl

Communication : Léa Durand, Anne Ségallou, avec aussi Morgane Baer pour la presse, avec aussi le soutien de Diego Cortez Salas

Billetterie : Léa Durand

Graphisme et web : Floriane Ollier

Scénographie et construction : Paul Gomez, Freddy Peretti, Benjamin Saint-Maxent, Thibaud Tarricq

Technique : Florian Aune

Cheffes cuisinières : Margot Sachet, Fabienne Sitri

Vidéo : François Ségallou, Margaux Vendassi

 

Conseil d’administration

Président : Florian Cuordifede

Secrétaire : Anne Ségallou

Trésorier : Vincent Castelas

 

L’équipe est renforcée pour le temps du festival d’une valeureuse équipe de bénévoles coordonnée par Léo Philippot-Maurice avec le soutien d’Anne Ségallou

partenaires